précédentes


Trafik

Exposition du vendredi 9 juin au jeudi 13 juillet 2017
vernissage le jeudi 8 juin 2017, à partir de 18h30

Trakif est le nom de l’exposition proposée par le bureau Trafik. Qu’il s’agisse de graphisme, de lumières, d’écrans, de projections, nous aimons comprendre, déployer et révéler. Agités par l’échange et la participation, nos dispositifs se distinguent par leur caractère incitatif, ludique et immersif. La conception maison, de systèmes graphiques et des instruments numériques nous entraîne vers des productions singulièrement joyeuses. Les moyens d’expressions étant par principe infinis, les situations ne se répétant jamais, nos procédés d’expressions se rencontrent à chaque intervention et renouvellent la plasticité et les perspectives des applications.


Jef Geys

Exposition du vendredi 3 février au vendredi 24 mars 2017
vernissage le jeudi 2 février 2017, à partir de 18h30

En 1969, Jef Geys décide de suivre le Tour de France sur la totalité du parcours  pour couvrir la première victoire d’Eddy Merckx. Les 67 photographies en noir et blanc ne sont pas celles d’un journaliste, ni d’un artiste au sens académique ; ce ne sont pas non plus des images domestiques, mais les trois à la fois. Jef Geys investit à parts égales l’espace des passions privées et celui des engagements artistiques. Les points de vue sont ceux de l’amateur, de celui qui, dans un geste répétitif est un voyeur. Deux pages de journaux belges du 22 juillet 1969 ponctue l’exposition où le premier pas sur la lune et la première victoire d’Eddy Merckx y sont annoncés à égalité.


Élodie Lesourd

Exposition du vendredi 7 octobre au vendredi 9 décembre 2016
vernissage le jeudi 6 octobre 2016, à partir de 18h30

L’exposition Aniline Black est à la fois une exploration des différentes facettes du travail artistique d’Élodie Lesourd mais aussi une invitation à faire la généalogie du lieu et de la peinture même. En prenant comme point de départ l’histoire du bâtiment ainsi que son passé lié à l’industrie de la bonneterie et plus particulièrement à la préparation de la teinture noire inverdissable,le projet déploie toute une réflexion chromatique autour de la volonté de fixer l’éphémère.


Delphine Gatinois

Exposition du vendredi 27 mai au vendredi 15 juillet 2016
vernissage le jeudi 26 mai 2016, à partir de 18h30

Parmi l’effervescence des capitales africaines, les charretiers Dakarois m’ont retenu. Véhicules à part entière, ils serpentent et s’octroient une place singulière au milieu des flots mécaniques en déplaçant leurs marchandises. En m’appuyant sur la place du cheval dans le Coran et sur l’apparat équestre au fil des siècles, je prends le contrepied d’une profession déconsidérée. Par mes costumes protecteurs, je crée une tradition et interromps ces porteurs dans leurs courses. Mis en scène dans des décors réels ou fabriqués, je révèle autrement leurs présences dans une capitale en pleine construction.


Joël Hubaut

Exposition du mardi 19 avril au mardi 03 mai 2016
soirée inaugurale le mardi 19 avril, à partir de 19h

« En 1970-1972, bien sûr, il n’était surtout pas question pour moi de me joindre en retard à Fluxus déjà bien entamé, ni même de me glisser dans la suite du body art – Bruce Nauman et Vito Acconci avaient déjà presque tout épuisé – j’ai donc opté pour des expériences performatives alternatives qui mêlaient à la fois mes préoccupations sociologiques, ma fascination pour le rock exubérant glamour et déjanté et mon gout prononcé pour l’absurde, la farce, le grotesque et le ridicule ».


Jagna Ciuchta

Exposition du vendredi 05 février au vendredi 25 mars 2016
vernissage le jeudi 04 février 2016, à partir de 18h30

Invitée par le Frac Champagne-Ardenne à proposer une exposition au Centre d’art contemporain Passages, Jagna Ciuchta propose un projet inédit, qui prend pour origine les œuvres de la collection du Frac. Ce sera la première fois que l’artiste s’infiltrera dans une collection, amenant le visiteur à s’interroger sur le statut de l’œuvre d’art, les notions d’originalité et de signature, de représentation, de faux ou de copie…


Sophie Hasslauer

Exposition du vendredi 02 octobre au vendredi 04 décembre 2015
vernissage le jeudi 1er octobre 2015, à partir de 18h30

« Je ne saurais dire si ce qui m’intéresse dans l’art, c’est l’art, tout ce qui est autour de l’art, ou même ce qui n’est pas de l’art. Surtout ce qui n’est pas de l’art ? Une chose est sûre (enfin je crois), ce qui m’intéresse c’est pourquoi l’art est de l’art, qu’est ce qui fait que c’est de l’art, à quoi cela tient, quelles sont ses limites, qu’est ce que cela met en jeu. C’est pourquoi les questions de la récupération (formelle ou idéologique), de l’absorption, de la vulgarisation mais aussi de la table rase, jamais vraiment rase, du renouveau demain éculé, du geste simple et de la beauté pérenne sont centrales dans ma production. »


Laurent Sfar / Ex-libris

Exposition du vendredi 22 mai au vendredi 17 juillet 2015
vernissage le jeudi 21 mai 2015, à partir de 18h30

Cette exposition met en relation la collection des Ex-libris réalisés par l’artiste Laurent Sfar et l’amorce d’un projet de recherche sur le dispositif de la bibliothèque, mené conjointement avec l’historien de l’art Jérôme Dupeyrat à travers une série d’expositions dont celle-ci a fonction de prologue.

La Bibliothèque grise bénéficie des conseils scientifiques de Marie-Dominique Leclerc, maître de conférences à l’Université de Reims Champagne-Ardenne.


Ésad de Reims

Exposition du vendredi 20 février au vendredi 17 avril 2015
vernissage le jeudi 19 février 2015 à 18h30

Un passage à bout portant est une idée d’exposition proposée par Giuseppe Gabellone et Guillaume Leblon, enseignants à l’Ésad de Reims. Elle concerne une dizaine d’étudiants de la section art de l’École supérieure d’art et de design, choisie pour la qualité de leur travail, dont le principe est de créer les conditions de leur projection dans le milieu professionnel, tel que celui du Centre d’art contemporain / Passages.
L’exposition est pensée comme un prolongement et une matérialisation des diverses expériences entreprises au sein de l’école.
Pendant toute leur scolarité, les étudiants sont encouragés à expérimenter différentes typologies de travail : cet état de recherche permanente doit les amener à explorer de nouvelles possibilités et à faire la découverte d’un univers et d’attitudes qui leur soient propres.
L’exposition est ainsi un exercice et pour la plupart d’entre eux, une première expérience leur permettant de confronter publiquement leurs pratiques dans un espace et à un instant donnés, hors du cadre de l’école. Les oeuvres qui sont exposées ont quasiment toutes été conçues pour l’occasion ou ont été réadaptées par les étudiants spécifiquement pour le lieu. L’exposition n’a pas été pensée en amont de façon thématique ni formelle, il s’agit davantage de tracer des lignes et des rebonds instinctifs entre des oeuvres et des pratiques très diverses mais il est étonnant de noter à posteriori que les étudiants partagent une certaine inclination vers les matériaux précaires et légers.


Hélène Agofroy / 27m2

28 novembre 2014 – 23 janvier 2015
vernissage le jeudi 27 novembre 2014, à partir de 18h30

À l’invitation du Centre d’art contemporain / Passages, le Frac Champagne-Ardenne a convié l’artiste Hélène Agofroy, d’origine troyenne à présenter un film et une installation. Le premier suit les transformations d’une maison tout au long du 20e siècle et jusqu’à aujourd’hui. Entièrement réalisé en studio, il place la notion de décor au centre des interrogations autobiographiques et de l’Histoire. Hélène Agofroy a vécu jusqu’à l’adolescence en face de l’usine à laquelle la maison était accolée. De ces souvenirs, elle a extrait un élément, le seul qui ait survécu à la fin de l’industrie textile : cette petite construction, maintenant déplacée au pied de terrains de tennis, sorte de « maison-témoin » du passage de l’industrie aux loisirs.

La deuxième partie est une compilation d’archives consultables. En effet, elle rend compte du projet participatif Home-Made initié en 2003 : une enveloppe contenant la maquette en carton de la maison évoquée plus haut était ainsi donnée à chaque participant, qui l’emportait dans ses voyages. Il était ensuite invité à la construire et à la positionner dans des lieux ou des situations de son choix, documentant son action par des photos ou vidéo postées sur le site internet dédié.


Marc Rebollo

Exposition du vendredi 26 septembre au vendredi 14 novembre 2014
vernissage le jeudi 25 septembre 2014 à 18h30

Sold out c’est par ce titre emprunt d’ironie à l’immédiate référence musicale, que l’artiste Marc Rebollo à choisi de nous présenter une série de grandes peintures sur toile pour la plupart réalisé pour l’occasion, ainsi que quatre grandes gouaches sur papier, complété par deux sculptures en bronze dont une produite pour l’exposition (édition 1/ 3), et pour la première fois une pièce sonore sous la forme d’un vinyle format maxi 45 tours gravé à 300 exemplaires produit par le centre d’art contemporain / Passages.


Mehryl Levisse

Exposition du 23 mai au 18 juillet 2014
vernissage le jeudi 22 mai 2014 à 18h30

« Je ne suis pas photographe, mais la photographie occupe une grande place dans mon travail artistique. Cette technique, que je nomme « captation photographique » me permet d’offrir des traces presque documentaires d’enchaînement d’événements dans le temps, dans l’intimité de mon l’atelier. Un espace que je nomme facilement le théâtre de toutes mes pensées, de tous mes fantasmes et dans lequel je construis, à l’échelle 1, des contextes dans lesquels je mets le corps en scène. Closes, sans porte, ni fenêtre sont les images de mes rêves, dans lesquels il est impossible de se raccrocher à une réalité matérielle. Les captations photographiques éditées en grand format, créent un rapport frontal direct entre le corps présenté et le corps du contemplant.

En faisant le choix d’articuler ces tirages dans l’espace du Centre d’art contemporain / Passages dans un dispositif horizontal, plutôt que d’opter pour un accrochage classique, c’est une intimité plus forte que je propose de créer entre le regardant et le regardé. L’îlot central en bois réalisé spécialement pour le lieu se déploie à mi-chemin entre l’installation et le support scénographique. Vous êtes cordialement invités à circuler, regarder et appréhender ma proposition plastique dont les liens et la disposition ne sont pas acquises au regard distrait. »


Manon Harrois

Exposition du 23 mai au 18 juillet 2014
vernissage le jeudi 22 mai 2014 à 18h30

Wonderful failure est une note inscrite au coin d’un carnet début février, lors de ma résidence à New-York. Je préparais alors mon exposition à Abron Art Center et posais à l’extérieur de l’exposition, sur l’amphithéatre, une petite architecture de riz. Je m’étonnais de voir apparaître les pigeons que j’avais laissé avant mon départ à Troyes. Le lendemain accompagnés de piafs et de mouettes, ils cannibalisaient ma miniature. J’avais décidé de bâtir en riz (Au Niger, avec les enfants, nous construisions de nos mains dans le plat collectif de petites maisons que nous avalions goulument : le riz blanc reprenait du goût). À mon arrivée, ma première rencontre étant un rat, j’imaginais sur ce palimpseste de sensations, une collaboration sauvages avec ces rats. J’imagnais que dans la faim, il m’aiderai à reconstruire l’animita. Il faisait trop froid, les rats ne sont jamais venu.


Élise Florenty & Marcel Türkowsky

Exposition du 7 mars au 25 avril 2014
Vernissage le jeudi 6 mars 2014, à partir de 18h30

Le terrain d’investigation de ce duo d’artistes se situe dans une spirale de métamorphoses qui interrogent notre rapport – toujours mouvant – de pouvoir à l’Autre (l’ennemi, l’animal, l’esprit, le mort…). Ils proposent à l’occasion de l’exposition une méthode qui consiste à filtrer les diverses rumeurs du monde, et la manière dont elles sont enregistrées et transmises – les chroniques -, en les classifiant dans les divers tiroirs-chapitres qui rythment la courte histoire « Une Agonie en huit crises » de Lewis Caroll (1876). Une entreprise de séparation à la fois cruelle, absurde et enthousiaste, disséquant la façon dont se cache, derrière toute construction et machination humaine, de l’irrationnel et du magique.

Les artistes remercient fortement les entreprises auboises Bugis, France Teinture, L’atelier d’Ariane ainsi que la structure interface Club textile intégral.


Gavillet & Rust

13 décembre 2013 – 7 février 2014
vernissage le jeudi 12 décembre 2013, à partir de 18h30

L’événement national intitulé Les Pléiades réalisé à l’occasion des 30 ans des Frac / Fonds régionaux d’art contemporain en France est présenté du 13 décembre 2013 au 7 février 2014 au Centre d’art contemporain / Passages, à Troyes.
Le Frac Champagne-Ardenne a demandé aux graphistes genevois Gavillet & Rust de réaliser une centaine d’affiches différentes à partir d’un choix d’oeuvres de la collection du Frac Champagne-Ardenne.
L’exposition a été étendue à l’espace public troyen, du 10 au 17 décembre 2013.


Gaël Davrinche

20 septembre 2013 – 15 novembre 2013
vernissage le jeudi 19 septembre 2013, à partir de 18h30

De 2006 à 2010, Gaël Davrinche se plaît à réinterpréter, les visages emblématiques, peints par les grands maîtres depuis la Renaissance à l’époque moderne : de Léonard de Vinci à Frida Khalo, en passant par Van Eyck, Rembrandt, Velasquez, Vermeer, Ingres ou Soutine. Il force le détail qui lui paraît essentiel.

Gaël Davrinche s’intéresse à ses contemporains affublés d’objets du quotidien, avec une rigueur et un réalisme exacerbés. L’artiste détourne et coiffe ses modèles d’accessoires dont la personnalité se trouve parasitée, effacée, une fois encore reléguée au second plan, ce qui lui permet d’interroger la légitimité d’un tel genre à l’aire du tout numérique, bien loin de l’époque du portrait de commande…


Julien Carreyn

31 mai 2013 – 26 juillet 2013
vernissage le jeudi 30 mai 2013, à partir de 18h30

À quoi ressemblera réellement l’exposition de Julien Carreyn ?
Le mystère planera jusqu’à la dernière minute. Il y a tout de même fort à parier que ces livres et vitrines présenteront des photos qui ressemblent à des dessins et inversement, une jeune fille perdue dans un centre d’art, un petit chien amusant, un boulot de 2008 autour d’une grande maison et des romans-feuilletons du début XXe siècle, des dessins empruntés à des collectionneurs, des seins à larges aréoles, un atelier de découpage imaginaire, un laboratoire souterrain et peut être des centres de stockage de déchets radioactifs. Il s’agit de bilans en images des corpus et territoires que Julien Carreyn a exploré en photographie avec ses modèles, ou bien à travers le dessin.


matali crasset / La filière imaginaire

15 février — 12 avril 2013

L’exposition de matali crasset au Centre d’art contemporain / Passages, intitulé « La filière imaginaire » a la particularité d’être réalisé principalement avec des cornières en carton, de développer une fiction à la fois créative, économique et semi-industrielle.

L’installation propose de voir tour à tour un lieu decroissance de la matière, un espace pour s’y poser, un atelier, une fabrique, un espace de recherche, un laboratoire, un lieu de production et intègre les recherches réalisées lors du Workshop avec plus d’une quinzaine d’étudiants de l’École supérieure de design de Troyes.


Eugène Van Lamsweerde

5En 2012, pour l’année de son trentième anniversaire, le Centre d’art contemporain / Passages souhaite créer un événement à caractère rétrospectif de l’artiste aubois Eugène van Lamsweerde, sur 50 ans de production artistique, réalisé autour d’une série d’expositions, le temps du dernier trimestre et dans 5 lieux différents de la ville de Troyes. Eugène van Lamsweerde, au début des années 80, a été parmi les premiers artistes à exposer au Centre d’art contemporain / Passages. Il a participé récemment à des expositions au Frac Champagne-Ardenne, au Musée biennal Oscar Niemeyer de Sao Paulo au Brésil et au Dallas Contemporary au Texas.

Centre d’art contemporain / Passages, du 26 octobre au 14 décembre 2012

L’école municipale des Beaux-arts, du 20 octobre au 14 décembre 2012
L’école supérieure de design, du 9 novembre au 30 novembre 2012
La Maison du Boulanger, du 1er décembre au 27 janvier 2013
La Médiathèque du Grand Troyes, du 21 janvier au 22 mars 2013,
avec une première scultpure dès le 18 octobre 2012


On ne peut régner innocemment

29 juin – 28 juillet 2012
et du 3 – 28 septembre 2012

En écho à la situation politique et économique actuelle et aux nombreux mouvements de contestation qui émergent depuis quelques mois de par le monde, l’exposition réunit un ensemble d’œuvres qui abordent les questions de l’engagement et de la protestation, et notamment la manière dont les artistes s’emparent de ces formes dans leur travail, qu’ils les détournent pour en proposer une relecture toute personnelle, s’attachent au contraire à rester au plus près de l’évènement, s’intéressent à l’actualité la plus brûlante ou reviennent sur des évènements historiques.

Cette exposition s’inscrit dans le cadre des 30 ans du Frac Champagne-Ardenne. Entre 2012 et 2014, afin de célébrer l’anniversaire de la création des Frac en France, en 1982 et celle du Frac Champagne-Ardenne en 1984.


Anita Molinero

20 avril – 1er juin 2012

L’œuvre d’Anita Molinero est apparue au début des années 80 et n’a cessé de se faire. Elle utilise des matériaux de décharge, mais aussi des containers à ordures. Elle n’est en aucun cas tentée par une transfiguration rédemptrice qui, les sublimant dans leurs formes, les sacraliserait, grâce à un nouveau statut, celui d’œuvre d’art. Au contraire, elle les utilise pour la brutalité même. Si ce travail évoque celui de certains sculpteurs anglais, sa démarche s’en oppose par la distance sans cesse affirmée avec les conventions d’une sculpture visant une transformation aux fins de séduire une esthétique bourgeoise. Il s’agit d’une œuvre faite de violences, celle faite aux matériaux, mais il ne serait pas juste de garder sous silence l’incontestable beauté qui se dégage de ces assemblages.


Morgane Tschiember

Space Oddity

27 janvier – 16 mars 2012

Apparu en 2002, le travail de Morgane Tschiember se développe, dès l’inception, à partir d’un ensemble de formes autonomes et hétérogènes, à la fois référencées et hybrides. Entre sculpture et peinture, volume et surface, objet et contexte, géométrie et gest10uelle, les notions d’expérience, d’expérimentation, de monstration et de démonstration mettent en tension les limites physiques, matérielles, conceptuelles et historiques des œuvres mêmes.

Space Oddity est la première séquence d’une série de 4 expositions personnelles de Morgane Tschiember en 2012, avec successivement, le Crac à Sète, la Fondation d’entreprise Ricard à Paris et la galerie Loevenbruck à Paris.